Etre Girleek jusque sous la couette

Qui aurait imaginé parmi les amis de Sophie, directrice d’une maison de repos et de Nicolas, carrossier, qu’ils se seraient reconvertis en 2006 dans la vente de sex toys? Certainement pas eux en tout cas. “Les gens n’arrivent toujours pas à croire que je suis la patronne d’un sex shop. Du coup, je les invite à venir me voir, assise derrière le comptoir” nous dit Sophie en souriant.

Les nouvelles technologies qui ont par nature une propension à s’immiscer partout, viennent investir un territoire encore vierge ou presque, en l’occurrence notre lit ! Les sex toys sont de plus en plus high-tech, parfois même équipés de télécommande (sans fil), ce qui permet à Monsieur et Madame de l’utiliser à distance et dans des lieux les plus improbables. “L’œuf vibrant est très pratique parce qu’il est discret tout en étant au contact de nos zones les plus intimes. Vous sortez dîner avec votre partenaire et en plein repas, celui-ci peut déclencher les vibrations de l’oeuf à distance grâce à une mini-télécommande!”, explique Sophie. Et ce n’est pas tout, car certaines marques de jouets high-tech en sont déjà à leur troisième génération. C’est le cas du We Vibe 3, le premier  sex toy à double stimulation qui peut être porté pendant le rapport sexuel. Avec ses  couleurs flashy et ses deux puissants moteurs, il permet au couple d’expérimenter de nouvelles sensations et de décupler leur plaisir. “L’évolution du produit réside dans la télécommande sans-fil : le We Vibe 2 était moins pratique à utiliser car il est équipé d’un bouton poussoir”, explique Nicolas.

Les femmes et les hommes sont acheteurs en égale proportion, reprend Sophie. Ils viennent seuls ou en couple, avec ou sans idée précise de ce qu’ils recherchent. Toutes les catégories de population semblent être représentées. “Ce qui est sûr, c’est que les médias ont largement contribué à lever le tabou autour de la question du sexe. On constate régulièrement qu’une émission sur le sujet booste les ventes dans les jours voire les semaines qui suivent”.

Il existe d’ailleurs une saisonnalité dans la vente de sex toys, avec un pic des ventes de poupée gonflables à l’époque des enterrements de vie de garçon.

Et les femmes dans tout cela? Wépion, célèbre pour ses fraises, a vécu ce Dimanche 15 avril, la deuxième édition de la “chasse aux sex toys” de la marque Soft Love. Objectif : lâcher 1000 jeunes femmes équipées de bêche dans un champ de patates à la recherche de sex toys enterrés. Si vous pensez que ces jeunes femmes sont des célibataires désespérées, et bien vous vous trompez, car “c’est un moyen de se retrouver entre copines, de passer du bon temps et de s’amuser un dimanche. Après, trouver un sex toy en chemin, ce n’est que du bonus », précise l’une des participantes.

Que vous soyez ou non adepte de sex toys, il faut admettre que ces objets ont un aspect libertin des temps modernes. Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez toujours vous rendre à Mon sex shop à Charleroi, et demander conseil à Sophie et Nicolas sur les dernières tendances high-tech en matière de sex toys.

JGK